Sarah-Maude Beauchesne : Le lion assez beau

Publié par admin ONLIT le

Je l’ai rencontré un soir de semaine mais c’était l’été faque c’était comme un soir de fin de semaine ou mieux encore comme une pédago. Il est entré dans mon 3 et demi dégueulasse qui sent la moppe sale et j’ai tout de suite vu qu’il avait longtemps été un esti de tapon (un maudit fou de la délinquance d’adolescence de jadis).
 
Un tannant médaillé d’or en mauvais tours.
 
Un pas poli pantoute. Avec sa mère. Avec ses cousines. Avec son talent. Avec les filles qui portent des Huggs avec des leggings as pants.
 
Dans ses yeux il y avait des croûtes de tristesses qui voulaient pas partir tout de suite, y’avait aussi des botch de cigarettes fumées par son père et de la nostalgie de grands espaces verts.
 
Il s’ennuie tout le temps de jouer dans le bois ça paraissait dans sa face ce soir-là surtout.
 
J’avais toute vu ça super vite je me pensais bonne d’avoir catché on the spot. Je me disais que j’étais spéciale de sizer la texture de son coeur (loin d’être en jujube).
 
La texture de son coeur c’est sûrement un mélange entre du coke fâché pis une palette de chocolat du temps qu’on était petit. Un beau juste milieu de récréation de vendredi après-midi.
 
Il cachait sa face et ses cheveux fragiles avec un capuchon en coton ouaté qu’il avait sûrement trouvé dans les objets perdus d’une station de métro loin sur l’Île, il avait plein de bobos sur les jointures, sûrement qu’il jouait trop au mini-hockey avec des deux piasses et ses dix doigts avec ses voisins qui parlent juste anglais. Le but du jeu c’est de faire des trous dans les jointures de l’autre avec le dit deux piasses. C’est con. C’est un jeu de gars. J’trouve ça con les jeux de gars. Mais y s’en sauvent pas. Les gars.
 
Nous on a nos jeux de filles genre deviner il est comment le pénis de lui pis s’imaginer être une hôtesse de l’air sexuelle et courageuse ou faire un concours de celle qui est la plusse belle. C’est pas con ça. Oui oké c’est con.
 
On fait aussi des compétitions de cheveux soyeux et de lèvres hydratées, des compettes du shampoing qui sent le meilleur et du maillot de bain qui glisse le mieux dans les glissades d’eau de banlieue.
 
On est toutes un peu nouille. De s’amuser avec ça. C’est pire que des trous dans les jointures rendu là.
 
Wathèveux. Ce gars-là ce soir-là il aurait pu passer inaperçu dans le radar de l’amour de n’importe quelle fille mais moi le mien il était crissement à ON et il pouvait vraiment détecter les pires beaux ténébreux. Drette dessus sur dix c’était un 12 sur l’échelle des gars dark&stormy fourrables.
 
Aujourd’hui je le connais mieux je l’associe à un lion c’est vraiment un lion. Quand je pose mes deux mains sur son visage je le couvre même pas au complet et ses yeux sont pleins de violence ça déborde sur le blanc.
 
Violent bleu comme un barrage pour les larmes.
 
Sa mâchoire en triangle est sûrement plus forte que mes deux bras à moi elle peut vraiment très sûrement déchirer n’importe quoi même quelque chose de fucking impossible à déchirer genre une serviette de bain même un bras une jambe un tibia un coeur criss.
 
Il peut vraiment toute déchirer.
 
Avoir su ce soir-là j’aurais mis un casque sur mon amour vulnérable. Pis aussi des knee pads pour la luck. Parce qu’aujourd’hui j’suis pognée avec.
 
Avec sa témérité et ses nuances foncées très foncées qu’on voit jamais à travers, avec ses yeux qui débordent et sa face qui sent toute, avec sa mâchoire d’animal pas fin pis avec surtout son coeur comme un piège à filles qui jouent à des jeux vraiment cons.
 
Aujourd’hui je le connais un peu pas mal plus, je connais son mot de passe facebook pis le nom de sa marraine qui habite en Suisse pis qui engraisse à vue d’oeil parce qu’à grignote tout le temps des paquets de chips pour toutes les occasions possibles. Je connais pas mal tous ses grains de beauté et je l’ai déjà vu pleurer. Deux fois.
 
Une fois parce qu’il était vraiment pu capable d’avoir juste trois piasses dans son compte en banque pis l’autre fois parce qu’il était saoul il avait peur de mourir dans son sommeil je sais pas trop c’est flou.
 
Mais je sais que je l’ai vu de mes yeux verts crotte-de-nez pleurer deux bonnes fois. Des vraies fois.
 
Souvent des fois on fait l’amour j’arrive chez lui avec six cannettes ou vice et versa pis on est gêné au début. À chaque début on est gêné ça change pas. Après deux cannettes chaque on relaxe on a le sourire plus facile pis les yeux qui pétillent presqu’autant que notre bière.
 
Nos lèvres reluisent pis y’a des envies de frencher qui nous pognent à tout bout de champs.
 
On se met à se toucher pis à se trouver beau ouvertement on se le dit on se dit «ah t’es beau ah t’es belle» ça sort tout seul c’est pas difficile.
 
Pis on fait l’amour c’est toujours le fun on commence à se connaitre le corps l’un l’autre on sait qu’on est doux de pas mal partout.
 
J’aime ça qu’il soit doux de la peau pis qu’il soit toute faite en roche en dedans. Ses yeux des roches son coeur une plus grosse roche ses sentiments des pépites d’or super rares.
 
 
Ça fait que la sexualité entre nous est spéciale c’est mêlant mais c’est spécial.