aphasie RSS

aphasie, belgique, folie, littérature, nouvelle -

Personne ne m’a jamais consacré de temps libre à vouloir me comprendre. Ni mes parents, ni mes sœurs, ni mes instituteurs. Ils m’ont mis de côté, comme un objet vieux et fissuré, cadeau de Noël d’un oncle fiévreux que l’on range avec précipitation dans la poussière du grenier ou dans l’humidité de la cave et ils m’ont répété : tu es anormal, tu es anormal, tu es anormal. C’était vrai. Je menais des conversations sérieuses avec des vaches broutant l’herbe des prairies bossues, je créais des bonshommes de neige atteints de rhumes féroces et je ne répondais pendant les dîners...

Plus