Vincent Tholomé : Room 14

Publié par ONLIT Editions le

1.

C'est fermé ? Vous êtes sûre ? Oui mais. Il y a des choses à tenir secrètes. Vous et moi par exemple. Je veux dire. Le fait que. Vous et moi. Nous soyons dans une chambre d'hôtel. Ensemble. Je veux dire. Enfin. Ensemble sans être ensemble mais ensemble. Tout de même. Il vaut mieux vérifier. Non ? Je veux dire. Si c'est fermé. Ou pas. Il arrive tous les jours. Tous les jours. Que. Dans un hôtel. Un truc de seconde zone. Des gens. Hommes ou femmes. Entrent. Par inadvertance. Juste par inadvertance. Je veux dire. Sans penser à mal. Quoi. Dans une chambre. Ah si si. Je vous assure.
J'ai lu ça quelque part. Pas plus tard qu'hier. Ou bien ce matin. C'est possible que ce soit ce matin. Mettons que ce soit ce matin. Je lisais comme ça ce matin. Par hasard. Par inadvertance. Un journal. Un truc trouvé sur une table. Un truc ancien. Certes. Mais. Je ne vois pas pourquoi. Ou comment. Il en irait de nos jours autrement. Je veux dire. De nos jours. C'est comme avant. En ce qui concerne les hôtels. Je veux dire. Et les chambres d'hôtel. Il y a toujours autant de monde. Des gens. Quoi. Hommes ou femmes. Qui. Par inadvertance. Juste inadvertance. Pan. Ouvrent. D'un coup. La porte d'une chambre. Pensant. Sincèrement. Je veux dire. Sans voyeurisme aucun. Entrer dans leur chambre. De sorte qu'ils ouvrent la porte. Pan. Comme ça. Sans qu'on s'y attende. Je veux dire. Sans que ceux qui sont dedans s'y attendent. De sorte que. Voilà ceux qui étaient dans la chambre surpris. Quelquefois en fâcheuse posture. Je veux dire. Il y a parfois des choses à ne pas voir. Il y a des choses à tenir secrètes. Par exemple. On est là dans une chambre. Vous et moi. Je veux dire. Vous et moi. On ne se connaît pas. On arrive. Comme ça. Dans un hôtel. Le long d'une highway. On arrive en même temps à la réception. Par hasard. C'est juste par hasard. Il n'y a pas d'autre hôtel à cinq cents kilomètres à la ronde. Au moins. Et. Pan. Il n'y a qu'une seule chambre. Une chambre pour deux. Encore bien qu'il y a deux lits. Non ? De sorte qu'on se prend la chambre. Vous et moi. C'est un peu. Inconvenant. Non ? De sorte qu'on devra. Qu'on le veuille ou pas. Passer une nuit ensemble. Autant s'assurer que tout est fermé. Non ? Je veux dire. N'importe qui pourrait entrer et nous voir. Et penser. Quelque chose. N'importe quoi. N'importe qui. Je veux dire. Ça pourrait être. Tout aussi bien. Un ami de votre ami. Vous avez un ami ? Ou le frère de ma femme. Vous comprenez ? Ou l'amie du frère de ma femme. Ou un ami de votre ami. De sorte que. Pan. La rumeur se répand. Ça va vite. Vous savez. De nos jours. Alors. Autant prendre ses précautions. Non ? Et penser au confort. Aussi. Oui. À ce propos. Le lit vous le prenez près de la fenêtre ? Ou près de la porte ? Ah moi. Vous le prenez où vous voulez. Moi. Ça n'a pas d'importance. Je m'accommode. En tout cas. J'espère que vous ne dormez pas nue. Ah, ah. Je dis ça comme ça. Moi. Ça ne me dérange pas mais. Si jamais la porte n'est pas fermée. Ou si jamais toutes les clés ouvrent toutes les portes. Ça s'est déjà vu dans les hôtels. Le long des highways. Le propriétaire fait placer des portes aux chambres. Et toutes les clés de toutes les portes ouvrent toutes les portes. De sorte qu'il y a des gens. Hommes ou femmes. Qui entrent. Par inadvertance. Dans une mauvaise chambre. En plein milieu de la nuit. Par exemple. C'est un ami du beau-frère du type. Ça peut être un ami du beau-frère du type. Mettons que c'est un ami du beau-frère du type. Par hasard. Il loge dans le même hôtel que le type. Je veux dire. Ils ne se sont pas concertés. Ils sont vraiment ici. Dans le même hôtel. Par hasard. Au même moment. Pan. L'ami du beau-frère du type entre par inadvertance dans la chambre du type. Et. Bien sûr. Le type partage. Cette nuit-là. Sa chambre avec une super fille. Un canon. Quoi. Simplement parce qu'il n'y avait plus d'autre chambre. Simplement parce qu'il ne restait qu'une seule chambre. À deux lits. Heureusement. Et qu'il faut bien passer la nuit quelque part. Il n'y a pas d'autre hôtel. Je rappelle. À cinq cents kilomètres. À la ronde. Et. Le fait est que la super fille canon a l'habitude de dormir nue. Et qu'elle dort nue dans son lit dans leur chambre. Ne voyant pas pourquoi elle se gênerait quand on pense à tout ce qu'on voit. À la télé. Je veux dire. Dans les magazines. Les panneaux publicitaires. Etc. De sorte que l'ami de beau-frère du type voit ça. Le type et. À côté. Dans un autre lit. Certes. Mais tout de même. Une super fille canon. Nue. Visiblement nue. On voit son dos. L'entièreté de la peau de son dos. Le drap est descendu juste assez pour que n'importe qui. Et a fortiori l'ami du beau-frère du type. Devine qu'elle est nue. Vous imaginez l'affaire ? Vous imaginez l'affaire ? Alors. Autant prendre ses précautions. Non ? Surtout si vous dormez nue. Ah, ah. Est-ce que vous dormez nue ? Autant vérifier. Non ? Que. Vous ou moi. Avons fermé à clé. Je veux dire. Ah, ah. La chambre. Je veux dire. Bouclé l'affaire. Quoi. C'est vous qui le faites ? Ou moi ? Vous vérifiez ? Oui ? Si… 

2.

… c'est fermé ?